gainsbourg-by-terrasson

« Rock and Roll » de Pierre Terrasson à la Voûte Virgo

Pour les lecteurs de magazine rock (rock and stock, Best, Rock’n Folk) et de presse nationale et internationale, son nom figure parmi les grands de la photographie rock des années 1980 à nos jours : The Cramps, Tom Waits, Stranglers, Lou Reed, Depeche Mode, Mick Jagger, Fela, Red Hot Chili Peppers… ont un jour défilé devant l’objectif de Pierre Terrasson. Jeudi 8 décembre, son exposition sera sur les murs de la Voûte Virgo. 

Il y en a peu, comme Claude Gassian, Richard Bellia ou Pierre Terrasson à posséder la justesse et l’endurance qui permettent durant une si longue période de sortir des clichés (argentiques) hors des sentiers battus : les Rita Mitsouko première époque, Depeche Mode autour d’un flipper pendant l’âge d’or de la new wave synthétique…

Celui qui confie « ne pas avoir dormi pendant les années 80 » est devenu un des meilleurs portraitistes de cette décennie dans son studio de La Maladrerie à Aubervilliers : il y a photographié, dans des poses dynamiques qui constituent sa signature, la quasi-intégralité de la scène musicale française, du plus underground au plus mainstream. 

Comme avec Bashung, Terrasson était pour Gainsbourg un artiste complice pour qui la confiance s’avérait primordiale. Il rencontre l’Homme à Tête de Chou en 1984, alors qu’il assiste Jean-Yves Legras lors d’un shooting : Serge possède le même Nikon F2 24mm que lui et ils partagent autour de leur passion commune. Leur collaboration durera jusqu’en 1991, jusqu’à la disparition de l’artiste et son entrée définitive dans le panthéon de la création artistique. 

Cette dernière période de Gainsbourg est celle où, n’ayant plus rien à prouver et adoptant un mode de vie définitivement rock’n’roll, il passe de l’autre côté du miroir avec son masque irrévérencieux de Gainsbarre, épouvantail à barbe de trois jours qui cache mal la sensibilité à fleur de peau du génie. «Serge, c’était la générosité incarnée » se souvient Pierre Terrasson, qui a signé un ouvrage de référence avec Alain Wodrascka en 2011 (éditions Premium) et dont les clichés «Gainsbourg/Gainsbarre» ont été montrés ces dernières années de Paris à Bruxelles.

À partir de jeudi 8 décembre, Pierre Terrasson nous propose une sélection photographique de cette époque mais aussi un hommage à Charlie Bauer photographié en 2010 devant la Voûte Virgo par le plus grand des hasards…


Exposition Pierre Terrasson – Vernissage jeudi 8 décembre 18h – 01h
Voûte Virgo/ les Voûtes de la Major
Quai de la Tourette, 13002 Marseille