Julie Cabassu – Les Toquées

L’interview péchés mignons de Julie Cabassu

Épicurienne dans l’âme, Julie Cabassu fait partie de ces Marseillaises pétillantes qui croquent la vie à pleines dents. Cette pimpante maman a co-fondé le magazine Tout Ma, en 2006, dans lequel elle se plaisait à parler de vignobles, de bonnes tables ou de grands chefs. Aujourd’hui, elle co-dirige l’agence Les Toquées de la Com’, mettant son expertise au service de différents domaines, de la gastronomie à l’architecture en passant par la beauté et l’art de vivre. L’occasion de la soumettre à une interview « péchés mignons »…

Ta madeleine de Proust ?
Le poulet rôti pommes de terre de ma mère, avec son jus délicieux et le reflet d’un bon repas en famille.

Végétarienne ou carnivore ?
Et puis quoi encore pourquoi pas vegan à porter des robes de paille… J’aime trop la vie et la liberté pour m’enfermer dans un carcan, je mange de tout. Je remarque être plus attirée par le poisson que la viande en ce moment. Mon amoureux fait des légumes à tomber, on le surnomme l’orfèvre du végétal ! Cet artisan maraîcher en permaculture me fait même manger des fleurs…

Plutôt sucrée ou salée ?
Plutôt salé c’est mieux pour ma ligne, mais là aussi les goûts évoluent car j’étais très sucrée jeune fille. Dans une ville je me repère directement par rapport à la bonne pâtisserie ou les bonnes pâtisseries. C’est culturel chez nous, tous les dimanches mon père va chercher des gâteaux et l’été des glaces que ma mère agrémente de coulis de fruits « maison ».

Ton bistrot préféré pour un samedi midi à Marseille ?
J’aime L’Auberge du Corsaire aux Goudes, Le Grand Bar des Goudes. J’aime bien faire une coupure avec la ville et me retrouver au bout du monde, dans ce merveilleux petit port été comme hiver, regarder la mer, boire du pastis… J’aime beaucoup l’Epicerie Idéal de Julia Sammut et repartir avec des bons produits pour la maison, tout en faisant un tour par Maison Empereur.

Ton gastro préféré pour un dîner chic à Marseille ?
Pour un diner chic ce sera : le Môle au MuceM ou chez Albertine, j’aime beaucoup la cuisine de Gérald Passédat, et sa constante recherche pour faire ressurgir les valeurs de la cuisine méditerranéenne. J’aime beaucoup aussi Une Table au Sud chez Ludovic Turac, sa jeunesse, son énergie et son talent dans l’assiette.

Ta pizzeria préférée à Marseille ?
J’en ai deux : L’Eau à la Bouche avec l’Angelina (salade parmesan et artichauts sur un lit de tomate maison) et sa pâte fine et Le Monticelli, que mon père avait créé dans les années 80, cela s’appelait Le 34 et j’ai eu des autographes de tous les joueurs de l’OM de l’époque (Basile Boli, Jean-Pierre Papin, Chris Waddle). Sa formule n’a pas changé, la pizza est une tuerie.

Pour un bon brunch à Marseille, tu vas où ?
Je déteste les brunchs, les buffets et la profusion d’aliments et les personnes qui mélangent toutes les saveurs dans leurs assiettes. Mais j’ai bien aimé celui de Question de Goût à la Pointe Rouge, le restaurant de Vanessa Robuschi, elle prépare un brunch anglais : bacon, œufs, pancakes, scones….

Ton entrée préférée ?
La salade de fèves de Jean-Baptiste

Ton plat préféré ?
Un poisson grillé et huile d’olive.

Ton dessert préféré ?
Une tarte aux pommes sur une pâte feuilletée, le fraisier en saison, le pavlova, le Paris-Brest (à part ça, je ne suis plus sucrée)

Plutôt fromage ou dessert ?
J’aime bien finir par une note sucrée si je suis au restaurant.

Un aliment ou un plat que tu n’as jamais goûté ?
Je n’ai jamais goûté les sauterelles et autres reptiles…

Tu dois offrir un cadeau typiquement marseillais à des amis, et qui se mange, tu choisis quoi ?
Je crois que j’offrirais les sablées « La Frétillante » en forme de sardine, dans leur version salée à la fleur de thym pour l’apéro et accompagner un bon pastis. Je suis une des rares filles à boire beaucoup de pastis.

Le truc le moins appétissant dont tu raffoles ?
Je n’aime aucun de ces trucs-là !

Combien de temps environ (en moyenne) passes-tu en cuisine ?
Je cuisine si je reçois, la cuisine de tous les jours ne m’emballe pas. Il faut qu’en 15 minutes maximum le repas soit prêt pour les filles et moi… j’achète de bons produits et je cuisine rapidement.

Combien de restos t’accordes-tu par semaine ?
Vu mon métier et l’agence de communication dans la gastronomie et l’art de vivre je dirais au minimum deux et ça peut aller jusqu’à 6.

Ton adresse préférée toutes villes confondues ?
Le Petit Lutetia à Paris pour sa convivialité et sa cuisine française classique. Le poulet patates pour deux servi dans une cocotte et le baba au Rhum gigantesque sont à ne pas louper.


Madmoiselle Julie
Journaliste, DJette avec Girls on the rocks, fondatrice de Disco & Tacos, mélomane et très curieuse avant tout, Julie a fondé en 2008 le webzine Madmoiselle Julie, sur les tendances sous toutes leurs formes, de la mode à la musique en passant par la gastronomie.