Antoine Siffrein-Blanc

Antoine Siffrein-Blanc, les Halles de la Major

Antoine Siffrein-Blanc est un fin gourmet qui aime partager son amour pour les produits de qualité. Il ouvre, samedi 9 août, les Halles de la Major, nouvel espace entièrement dédié à la gastronomie sous la cathédrale de la Major, et c’est en connaisseur de la bonne chère qu’il nous livre ses adresses culinaires …

Bien manger :  la Stazione à Cassis, un restaurant italien tout près du Port où je me sens comme à la maison !!!

Un café s’il-vous-plait : tous les endroits qui servent le café d’André Luciani et surtout chez Coogee sur le boulevard Baille à Marseille.

Tea time : La Caravelle, un bar restaurant situé au 1er étage d’un immeuble sur le Vieux-Port côté Mairie, parce qu’il faut une vue qui m’inspire et qui me ressource …

Boire un verre : chez mes amis et j’aime bien aussi : le café de l’Abbaye dans le quartier Saint Victor ou non loin de là, la Relève rue d’Endoume. J’aime aussi le nouveau bar à tapas Viaghji di Fonfon, le petit frère de l’incontournable Fonfon, directement posé sur le petit port du Vallon des Auffes.

Faire son marché : dans toutes les vraies halles !!!

Un déj sur le pouce : Le restaurant Burger’s Banquet, place de l’Opéra.

À la bonne franquette : le bistrot d’Edouard, j’adore !!!

Un chef étoilé : « Gérald Passédat » … c’est un magicien…

Faire plaisir : La déco, les tissus, les ustensiles de cuisine, les luminaires, donc chez ma copine Stéphanie de l’Atelier 159 au 165 rue Breteuil (mais on n’y mange pas, donc j’apporte moi-même le dej !). Je lui ai confié la décoration des Halles de la Major.

Plein les yeux : L’épuisette, le Môle Passédat, le Petit Nice, la Caravelle, il y a beaucoup de spots à Marseille avec vue sur la mer.

Presque ringard : toutes les pizzerias de Marseille et plus elles sont ringardes, plus je les aime !

Manger marseillais : des pieds et paquets, spécialité typiquement marseillaise, des abats de mouton mijotés dans une sauce au vin blanc et à la tomate et ils sont durs à trouver ! Sinon une très bonne bouillabaisse ou alors la pizzeria dans le Panier Chez Etienne, une valeur sûre à mes yeux…

Un peu d’exotisme : le Café Thai rue du rouet dans le 8è, pas trop de loin de chez moi…

Le coup de cœur : Je le cherche tous les jours… pour moi un coup de cœur doit être un endroit où je passe devant sans en avoir jamais entendu parlé et où je suis attiré au point d’y déjeuner peu importe l’horaire. J’ai eu cette sensation lorsque je suis passé devant la Passarelle, rue du plan fourmiguier, à deux pas du Vieux-Port. J’ai adoré le côté naturel, la présence du potager, la tenue décontractée des serveurs, les lumières, les nappes fleuries, le jeu de boules, la balancelle, mais je n’ai pas pu déjeuner, le service était fini…. Je ne peux donc pas le qualifier de coup de cœur. Il y a beaucoup de restaurants que j’ai découverts sur les conseils de mon entourage, je ne peux parler d’eux comme d’un coup de cœur non plus. Et bizarrement, je suis content de ne pas l’avoir encore trouvé, je trouve cela génial de me dire qu’il est encore à trouver mon coup de cœur !!!!